top of page
  • Photo du rédacteurMuna Ezeudu

PREMIÈRE FOIS AU CANADA : COMMENT AFRICAN-TIME M'A MONTRÉ « SHEGE » !


Écrit Par Muna Ezeudu



Venant d'un pays où personne ne respecte l'heure et où il n'est pas anormal d'être en retard, j'ai mis « l'heure africaine » dans ma valise alors que j'étais heureuse de me rendre au Canada pour y poursuivre mes études. On peut se demander ce que signifie l'heure africaine. Eh bien, il s'agit d'une approche dilatoire de la gestion du temps et des horaires. C'est normal au Nigéria. Par exemple, votre vol est prévu pour 10 heures et vous vous présentez mollement à l'aéroport à 9 h 55.


Ou devrais-je parler des fonctionnaires qui se présentent au travail avec une heure de retard, sans se soucier des conséquences ? La liste est longue, mais les cas sont similaires. C'est un mode de vie au Nigeria et, comme on dit, si vous ne pouvez pas les battre, rejoignez-les.


«...J'ai mis "African-time" dans ma valise tout en voyageant joyeusement au Canada pour poursuivre mes études. »






En septembre 2022, j'ai été acceptée dans une université renommée de l'Ontario. Le temps africain a été l'une des premières choses que j'ai déballées après mon arrivée dans mon appartement situé dans un immeuble de 17 étages habité par d'autres étudiants. J'avais quitté mon Nigéria natal pour le Canada en 2022, pendant l'automne canadien, qui correspondait au pic de l'harmattan au Nigéria, et nous savons tous à quel point nous nous sentons endormis et paresseux pendant cette saison. Heureusement, mes compétences en matière de temps africain ont été mises en sommeil au cours des deux premiers mois, car j'avais beaucoup de choses à faire et la gestion du temps était essentielle pour moi. Tout d'abord, je devais m'occuper de l'enregistrement du bail, de l'assurance, de l'orientation scolaire, de la carte de bus, de l'enregistrement du NAS et de la demande d'une carte d'identité gouvernementale. J'ai accompli toutes ces tâches dans les deux mois qui ont suivi mon arrivée au Canada, et je n'ai jamais été en retard. Manifestement, cette jeune fille de Naija était très fière de son « moi anglais ».



Comme nous le savons tous, après l'automne vient l'hiver. Ici, l'hiver n'est pas de tout repos ! Je pensais qu'il ressemblerait à l'hiver que j'ai connu lors d'un voyage en Caroline du Nord aux États-Unis, mais non, l'hiver canadien est légendaire ! Le gène récessif du temps africain qui sommeille en moi s'est réveillé dans la neige canadienne. Au début, certains de mes cours ont été annulés et d'autres n'ont pratiquement pas eu lieu à cause des tempêtes de neige. Les bus étaient retardés, les gens tombaient malades et, pire encore, les routes - recouvertes de 15 à 12 pouces de neige - étaient bloquées par des accidents de la route. C'était une expérience hivernale insensée ! Néanmoins, lorsque les bus de la GRT, le seul moyen de transport pour se rendre à l'école, accusaient des retards de 10 à 20 minutes et qu'il fallait rester debout aux arrêts de bus pendant environ 20 minutes dans le froid glacial, on se rendait à l'heure africaine pour excuser les retards aux arrêts de bus. Faites confiance à ce bébé africain, le temps africain en moi a ressuscité et est devenu dominant !


« L'hiver canadien est légendaire ! »


Bien sûr, je pouvais justifier mes retards aux rendez-vous et aux conférences en disant « mon bus a été retardé deux fois » ou « il y a eu un accident de la route au 401 et les véhicules ont été détournés vers un itinéraire plus long ». Vous ne pouvez pas nous blâmer, c'est sebi GRT qui a commencé le jeu des retards et des déviations, ou était-ce Mère Nature ? Quoi qu'il en soit, le jeu des excuses s'est bien déroulé - tant qu'il a duré.


Par un beau samedi matin, après la tempête de neige de la veille, j'ai pris tout mon temps pour me lever de mon lit. Sans me soucier du fait que j'avais rendez-vous avec mon conseiller bancaire, je me suis rendu à pas lents dans la salle de bains pour prendre une douche très chaude ! La douche était apaisante et je ne voulais pas partir tout de suite parce que la réalité de l'hiver allait me frapper dès que je quitterais mon appartement.


Las las, je devais aller préparer mon petit déjeuner : un chai latte avec deux bagels et du fromage frais. Ensuite, j'ai consulté mon application pour savoir à quelle heure je devais me rendre à l'arrêt de bus afin d'arriver à la banque suffisamment tôt. D'accord, mon rendez-vous était prévu à 14h30 et la banque devait fermer à 15h00 car c'était un samedi. Un bus partait à 13 h 20 et la banque était à 45 minutes en bus. Je me suis donc détendue car je pensais avoir assez de temps et je me doutais que le bus serait retardé, comme d'habitude.



Devinez quoi ! Comme prévu, il a été retardé de 15 minutes, au moment même où je m'apprêtais à quitter mon appartement et je n'allais pas attendre dans le froid aussi longtemps. J'ai donc enlevé mes chaussures, je suis entré dans ma chambre et je me suis occupé à ne rien faire. Hehehe. Shege ne sent pas l'air à ce moment-là, mais j'étais « trop africain » pour le percevoir.


Tout ce dont je me souviens, c'est que j'ai regardé mon application au bout de 10 minutes (parce que le réveil africain dans ma tête indiquait 10 minutes après la dernière fois que j'avais vérifié l'application) et qu'elle indiquait « in time in 2 mins » (à l'heure dans 2 minutes). Omo ! J'ai rapidement attrapé ma veste d'hiver et remis mes bottes, je me suis précipitée dehors, j'ai oublié que je n'avais pas fermé ma porte à clé, je me suis précipitée pour la fermer à clé et j'ai filé comme Gonzalez sur mes talons !


« Shege ne sent pas l'air à ce moment-là, mais j'étais "trop africain" pour le percevoir. »


Shege (un mot d'argot nigérian qui signifie problème) m'a frappé en premier, lorsque j'ai manifestement raté le bus avec 30 secondes de retard, puis j'ai vérifié l'heure d'arrivée suivante - 30 minutes plus tard, ce qui signifiait que j'arriverais à la banque quelques minutes avant l'heure de fermeture. Le rire a quitté mon visage à ce moment-là et j'ai commencé à transpirer à l'intérieur de ma faculté de réflexion. J'ai donc décidé d'appeler la banque et de plaider pour un ajustement de l'heure, et cette décision a déterminé mes pas dans ce pays jusqu'à aujourd'hui.


J'ai appelé la banque, j'ai supplié, j'ai supplié et j'ai encore supplié pour un ajustement de l'heure, mais la dame m'a dit que l'heure était réservée pour moi et que l'heure ultérieure que j'avais demandée était réservée pour un autre client. Elle m'a alors recommandé de me faire reprogrammer et j'ai rapidement sauté sur l'occasion. Wahala no dey finish o. C'est ainsi que la tante m'a dit que la date la plus proche était le dernier samedi du mois suivant. Je suis devenue très triste à ce moment-là, au point d'oublier que j'étais gelée à l'arrêt de bus, parce que j'avais attendu trois semaines pour obtenir cette date. Je devais maintenant attendre cinq semaines de plus avant de pouvoir effectuer certaines transactions sur mon compte bancaire.


Depuis lors, j'ai choisi d'être à l'arrêt de bus au moins cinq minutes avant l'heure d'arrivée et de prendre les bus qui arrivent à destination 30 minutes avant les rendez-vous.





L'heure africaine m'a donné du fil à retordre ce jour-là.

Leçon du jour :  « Ce n'est pas à celui qui court vite, mais à celui qui respecte le temps » . C'est une citation que j'ai créée ce jour-là, en tant que Philosophe Muna !







Muna Ezeudu est une journaliste de radio-télévision et une spécialiste des médias numériques qui vit dans l'Ontario, au Canada. Elle aime la cinématographie, la vidéographie et la création de contenu.


Twitter @munachimu


0 vue0 commentaire

Bình luận

Đã xếp hạng 0/5 sao.
Chưa có xếp hạng

Thêm điểm xếp hạng
bottom of page