top of page
  • Photo du rédacteurDr. Joannie Bewa

DE MON PAYS D'ORIGINE, LE BENIN, AU CONSEIL AUX CHEFS D'ÉTAT - J'AI SUIVI MON RÊVE DE DEVENIR MÉDECIN

Écrit par Dr Joannie Bewa



Un jour de 2017, je me trouvais dans une salle aux côtés du Premier ministre canadien Justin Trudeau et d'autres dignitaires pour discuter des investissements dans la santé des femmes au Québec. Le PM Trudeau et l'honorable Marie Claude Bibeau, ministre canadienne du Développement international, m'avaient invitée au Canada pour partager les expériences acquises lors d'un panel de haut niveau. Au cours de cet événement, le Premier ministre a annoncé un investissement de 650 000 000 $ pour la santé des femmes. Le lieu de la conférence était rempli de représentants de divers pays, d'entités non gouvernementales et d'organisations internationales. L'atmosphère dynamique était chargée d'activités.


« Je ne savais pas qu'un jour, je me tiendrais devant des dirigeants du monde entier... »


J'ai ressenti un profond sentiment de responsabilité. Je me suis également sentie privilégiée d'être dans la salle parmi des dirigeants et des experts influents. J'ai eu la chance inouïe de contribuer à l'élaboration de l'agenda de la santé mondiale et de l'égalité entre les hommes et les femmes.


Puis, en 2020, le président français Emmanuel Macron m'a invité à discuter des efforts de la France en matière d'aide humanitaire et de secours en cas de catastrophe lors de la conférence humanitaire nationale. J'y suis allé et j'ai partagé mes observations et mes recommandations.


« Mon pays est également connu pour son unité militaire d'élite précoloniale composée de femmes guerrières qui se consacraient à la protection du royaume du Dahomey... »


Je n'aurais jamais imaginé qu'un jour, je me tiendrais devant des dirigeants du monde entier pour leur faire part de mes connaissances en matière de santé. Poursuivre mon rêve de devenir médecin m'a ouvert de nombreuses portes.


Mes racines se trouvent dans la République du Bénin, en Afrique de l'Ouest

Mon parcours pour rencontrer et conseiller des chefs d'État, des premiers ministres, des dirigeants mondiaux et des cadres de haut niveau a commencé au Bénin, où j'ai eu la chance d'acquérir de solides bases professionnelles en médecine et en santé publique, qui m'ont propulsé sur la scène internationale.


Je suis né et j'ai grandi à Cotonou, en République du Bénin, en Afrique de l'Ouest. Tous les membres de ma famille sont originaires de ce pays. Mon pays est connu pour sa riche histoire, sa culture dynamique et sa relative stabilité politique. Mon pays est également connu pour une unité militaire d'élite précoloniale composée de femmes guerrières qui se consacraient à la protection du royaume du Dahomey contre ses ennemis et, plus tard, contre les colonisateurs français. Ces femmes étaient connues sous le nom d'Amazones ou d'Agodjie. Hollywood a réimaginé ces femmes sur grand écran dans le film The Woman King (2022).


« J'ai grandi en sachant avec fierté que j'étais à ma place en tant qu'enfant du Bénin. »


Anciennement connu sous le nom de Dahomey, mon héritage se trouve en République du Bénin. Ce que je préfère dans mon pays, c'est son riche patrimoine culturel, sa scène musicale dynamique et ses diverses danses traditionnelles. L'un de mes plats béninois préférés est le Dakouin, une sauce de poisson frais avec de l'eba. En termes de musique, j'aime les rythmes traditionnels du Bénin comme le zinli, l'agbadja ou la musique moderne influencée par l'afrobeats.


Dakouin avec sauce rouge poisson et gari


J'ai de beaux souvenirs de fêtes culturelles célébrées avec ma famille et ma communauté. Ces joyeuses occasions étaient remplies de musique, de danse, de plats délicieux et de la chaleur des personnes aimées. J'ai grandi avec la fierté de savoir que j'étais à ma place en tant qu'enfant du Bénin. Mon enfance a été marquée par des moments de joie, comme lorsque mes professeurs et mes proches me félicitaient pour mes résultats scolaires. Au Bénin, moins de la moitié de la population adulte sait lire et écrire, mais j'ai travaillé dur pour exceller à l'école. Je me consacrais entièrement à mes études.


« J'ai failli mourir... quand j'avais neuf ans. »


Mon père m'a raconté qu'à l'époque, je refusais de manger tant que je n'avais pas terminé mes devoirs. Cela m'a donné un sentiment d'accomplissement et la motivation de poursuivre mes objectifs éducatifs. J'ai grandi dans une famille solidaire où la recherche de l'excellence, le service aux autres, la compassion, la résilience et la détermination étaient des valeurs essentielles. J'ai poursuivi ma carrière en me concentrant intensément, avec le soutien étroit de ma famille. Mes parents croyaient au pouvoir de l'éducation et au pouvoir de pousser les filles, puisque nous n'étions que deux frères et sœurs et que nous n'étions que des filles. Ils croyaient qu'il fallait aller à l'encontre des restrictions sociales qui empêchaient les femmes et les filles d'être ce qu'elles étaient. En grandissant sous la grâce et la persévérance de mes parents, j'ai compris que les femmes et les filles pouvaient accomplir de grandes choses.


J'ai été marqué par la mort... et la mort...

J'ai failli mourir d'une crise d'asthme à l'âge de neuf ans. On m'a emmenée d'urgence à l'hôpital. Je ne pouvais plus respirer. Je me souviens de m'être réveillée et d'avoir été si reconnaissante envers le jeune médecin qui savait quels médicaments me donner et qui a veillé à ce que je ne meure pas. Heureusement, je ne suis pas morte.


« J'ai subi la perte tragique de ma meilleure amie à la suite de complications consécutives à un avortement pratiqué dans des conditions dangereuses. »


Cette expérience a fait naître en moi le désir de devenir médecin et d'aider les gens. J'ai toujours voulu m'attaquer aux inégalités sociales, en particulier celles auxquelles sont confrontées les filles et les femmes. Les inégalités sociales comprennent un accès limité à l'éducation, aux soins de santé, aux opportunités économiques et au pouvoir de décision. La discrimination, la violence sexiste et les normes culturelles restreignent souvent la liberté des femmes et perpétuent les disparités dans divers aspects de la vie. En ce qui concerne le système de santé béninois, les défis comprennent des infrastructures inadéquates, des ressources limitées en matière de soins de santé, une répartition inégale des établissements de santé et des disparités dans l'accès à des soins de qualité, en particulier dans les zones rurales. La pénurie de personnel médical, notamment de médecins et d'infirmières, pèse encore davantage sur la capacité du système à fournir des services complets de manière efficace. En outre, des obstacles financiers et un financement insuffisant entravent la fourniture de services de santé essentiels, entraînant des disparités dans les résultats sanitaires et l'accès aux soins. Des progrès significatifs ont été réalisés, mais des disparités subsistent.


Lorsque j'étais adolescente, j'ai subi la perte tragique de ma meilleure amie à la suite de complications liées à un avortement pratiqué dans des conditions dangereuses. Ce traumatisme a été le principal facteur de motivation qui a orienté ma carrière médicale vers la santé et les droits génésiques des femmes.


Au service de ma patrie, le Bénin

J'ai obtenu un doctorat en médecine à la faculté des sciences de la santé de l'université d'Abomey Calavi, en République du Bénin, grâce à la bourse d'excellence du gouvernement béninois. J'ai prodigué des soins dans divers hôpitaux privés et publics au Bénin. Par exemple, l'hôpital Haie Vive, l'hôpital IDEECO et l'hôpital Agla. En tant que membre de la délégation officielle du gouvernement béninois, j'ai participé à diverses négociations au siège des Nations unies sur la population, le développement international et la santé.



« Nous avons reçu une subvention de l'ancienne Première Dame des États-Unis, Michelle Obama... »


J'ai également créé une association nationale à but non lucratif, l'Association des jeunes leaders béninois (YBLA), qui a contribué à améliorer l'accès aux soins de santé pour plus de 10 000 jeunes grâce à des campagnes, des services de santé sexuelle et reproductive et de prévention du VIH, des soins cliniques, des activités de plaidoyer et de lobbying, en collaboration avec des partenaires nationaux et internationaux. Nous avons reçu une subvention de l'ancienne Première Dame des États-Unis Michelle Obama Young African Women Leaders en 2012.

 

Traverser l'océan pour poursuivre mon but

Mon voyage américain a commencé en 2012. J'ai traversé le grand océan Atlantique pour participer à un programme international. Au cours de ce programme de trois semaines, j'ai eu l'occasion d'en apprendre davantage sur l'engagement des jeunes et la participation civique, ainsi que d'apporter mes recherches en Amérique. À mon retour au Bénin, mes pairs m'ont élue présidente du premier conseil de la jeunesse afin de contribuer à l'élaboration des politiques et des partenariats du gouvernement américain au Bénin par l'intermédiaire de l'ambassade des États-Unis.


Après avoir fait des allers-retours entre les États-Unis et le Bénin, j'ai reçu en 2015 une bourse Fulbright de l'Université de Floride du Sud (USF) qui m'a permis de rester aux États-Unis. J'ai choisi Tampa, en Floride. Quitter le Bénin et commencer une nouvelle vie à l'étranger a été une décision difficile, laissant derrière moi famille, amis et environnement familier.


L'adaptation à un nouveau système éducatif et à un nouveau contexte culturel n'a fait qu'ajouter à la complexité de mon déménagement. Cependant, j'étais animée d'un sentiment d'espoir, d'un but et d'une détermination à me mettre au défi. Pourquoi Tampa ? Tampa dispose d'une communauté de santé dynamique et d'importantes possibilités de développement professionnel. L'USF dispose d'un programme de santé publique internationalement reconnu, d'une faculté exceptionnelle, d'une diversité, d'une communauté internationale et est également l'un des principaux producteurs de boursiers Fulbright. Lorsque j'ai été admise et que j'ai obtenu cette bourse, j'ai été convaincue que l'USF était le meilleur choix.



« Je suis parfaitement conscient de ce que je suis et de la façon dont le monde me perçoit. »


J'ai obtenu une maîtrise et un doctorat en santé publique à l'université de Floride du Sud, à Tampa. En tant qu'étudiante africaine, les différences culturelles étaient évidentes, mais grâce à ma résilience et à ma détermination, j'ai pu me fondre progressivement dans la masse.


Avoir un impact à Tampa, en Floride

À Tampa, j'ai contribué à diverses initiatives en matière de soins de santé, de recherche et de santé des femmes. Grâce à mon travail et à mon éthique, j'ai eu accès à des opportunités professionnelles illimitées.

J'ai acquis une grande expertise en matière de santé maternelle, sexuelle et reproductive et de santé numérique et j'ai travaillé sur diverses recherches financées par les Centers for Disease Control and Prevention, l'Office of Minority Health (OMH) du ministère américain de la santé et des services sociaux, la Society of Family Planning, et j'ai développé des programmes pour le ministère de la santé de Floride par l'intermédiaire du Florida Prevention Research Centre.


J'ai coécrit un article qui a été sélectionné comme l'un des articles les plus cités de 2020-2021. L'article, publié par Wiley dans l'American Journal of Community Psychology, est intitulé :  “Youth participatory approaches and health equity: conceptualization and integrative review. Mes autres projets de recherche comprennent : une étude de 2023 sur la contraception des adolescents ; une étude de 2022 sur l'acceptabilité des solutions de santé numérique ; une étude de 2019 sur les associations entre le statut et la gravité de l'autisme chez les enfants et la santé mentale et émotionnelle de la mère ; « Where are they hiding ? » (Où se cachent-ils ?). Une étude de 2017 sur les programmes de désignation des services de garde d'enfants favorables à l'allaitement, une étude de 2016 sur les objectifs de développement durable pour la santé maternelle et néonatale en Afrique.


S'élever de la cérémonie de remise des diplômes vers l'arène mondiale

Enfin, après 21 mois, j'ai obtenu mon master en santé maternelle et infantile à l'université de Floride du Sud, en tant que boursière Fulbright du sénateur américain. Plus tard, j'ai obtenu un doctorat en santé publique dans la même université. J'ai eu l'honneur de prononcer le discours d'ouverture lors de la remise des diplômes de doctorat.





« Souvent, les gens me demandent de prouver mes compétences et ma valeur. » 




J'ai reçu le USF Global Achievement Award et le USF Golden Bull Award en 2017 et 2018. J'ai été invité par divers gouvernements à m'exprimer sur des questions de santé publique. L'une de mes premières grandes apparitions a eu lieu en Allemagne pour la conférence Berlin Model United Nations à l'âge de 19 ans, puis dans une ambassade au Bénin à l'âge de 21 ans, alors que j'étais encore étudiant en médecine. Prêt à partir en course, j'ai été appelé à la dernière minute pour participer à la conférence. J'avais le choix entre rentrer chez moi, me changer et rater la conférence, ou y aller en portant ma tenue de jogging. Je savais que c'était bizarre, mais je m'en fichais. J'ai fait ma présentation et partagé mon expérience, et c'est tout.


Joannie Bewa, représentante des jeunes leaders des Nations unies pour les objectifs de développement durable


Les participants, dont des ambassadeurs de haut rang et des vice-ministres, ont été impressionnés par mon intrépidité. Après l'événement, on m'a demandé de poursuivre la création d'une organisation de jeunes. Un an plus tard, l'organisation a remporté une victoire importante contre la violence sexiste au Bénin : elle a recueilli suffisamment de signatures pour contribuer à une campagne visant à amener le gouvernement béninois à adopter la loi contre la violence sexiste.


Réflexion sur ce que j'ai accompli

Dr. Bewa à la conférence Goalkeeper avec Bill et Melinda Gates et le président français Macron

Je suis fière de chaque étape de mon parcours. Je garde la tête haute en regardant toutes mes réalisations. J'ai eu le privilège de rencontrer et de conseiller plusieurs personnalités éminentes dans mon parcours pour faire progresser la santé et les droits des femmes dans le monde. En 2016, j'ai figuré sur la liste des six femmes influentes de Melinda Gates sur le thème de l'accès mondial à la contraception - pour ne citer que quelques distinctions - et j'ai été ravie d'avoir une conversation intime avec Melinda Gates lors de la conférence Goalkeeper de 2018.


Mon déménagement aux États-Unis m'a permis de saisir de nombreuses opportunités, d'avoir un meilleur accès aux leaders de l'industrie, d'être exposée à des perspectives et à des réseaux différents.


« Être originaire d'Afrique est une bénédiction... »



Avec mon équipe de recherche, j'ai co-rédigé et obtenu une subvention de 40 millions de dollars du gouvernement américain pour la recherche et la mise en œuvre. J'ai transféré mes connaissances et enseigné à des étudiants diplômés en soins de santé ; j'ai été nommée au conseil consultatif mondial de Merck for Mothers ; j'ai plaidé en faveur d'un investissement de 500 millions de dollars pour les mères et les bébés ; j'ai été reconnue par les Nations unies en tant que leader pour les objectifs de développement durable ; la Fondation Gates m'a choisie comme gardienne des objectifs de développement durable ; j'ai reçu le prix Golden bull de l'USF, le prix Young alumni de l'USF, le prix Tampa Women of the Year et le prix Stars in Global Health Innovation décerné par Grand Challenges Canada. J'ai fondé et je suis PDG de DOTOH Health Tech, une entreprise de santé numérique qui propose des téléconsultations et d'autres soins de santé dans les pays émergents. En outre, je dirige un cabinet de conseil en santé mondiale et en développement international, Bework Consulting Group, où j'aide à maximiser l'impact de la santé mondiale et des organisations internationales.


Dr. Joannie M. Bewa s'entretient avec Son Excellence le Président Sahle-Work Zewde d'Éthiopie


Ma participation à diverses organisations de premier plan, telles que le groupe consultatif technique afro de l'OMS et le conseil consultatif mondial de Merck for Mothers, m'a permis de nouer des contacts avec des décideurs politiques et des chefs d'État. En outre, mon rôle de leader dans des initiatives telles que l'Association des jeunes leaders béninois a facilité les contacts avec des cadres supérieurs et des représentants du gouvernement, ce qui m'a permis de plaider en faveur d'interventions et de politiques efficaces pour relever les défis en matière de soins de santé auxquels sont confrontées les femmes et les communautés marginalisées.


Être africain est une bénédiction

Je suis très consciente de ce que je suis et de la façon dont le monde me perçoit. Je suis une jeune femme noire africaine qui vient d'un pays où l'anglais n'est pas la langue principale. Cette identité m'a donné une perspective unique aux États-Unis, mais elle ne me protège pas des stéréotypes. Souvent, les gens me demandent de prouver mes compétences et ma valeur. On me demande de prouver ma valeur professionnelle, mes qualifications et mes capacités, en dépit de mon expérience et de mes références. Néanmoins, j'assume mon identité, je réaffirme ma valeur et j'encourage les réseaux de soutien. Cela m'a aidée à naviguer dans la vie avec détermination et grâce, tout en célébrant la richesse et la force de la diversité.


« Je me suis positionné comme un conseiller de confiance pour les dirigeants du monde entier. »


Entre les moments où j'essaie de sauver le monde grâce à la santé publique et où je partage des recommandations avec un chef d'État, j'apprends à construire un réseau social en Amérique avec des personnes qui me soutiennent. J'aime passer du temps avec mes amis nés aux États-Unis. Je passe du temps à savourer la cuisine africaine, indienne, mexicaine, caribéenne ou américaine. Je me suis volontairement immergée dans des groupes de soutien tels que les nombreuses communautés et associations de la diaspora africaine aux États-Unis, l'organisation Women in Leadership and Philanthropy et le Fulbright USF Chapter. Ces réseaux m'ont donné le sentiment d'appartenance dont j'avais besoin pour bien vivre aux États-Unis.


Collège de santé publique de l'Université de Floride du Sud


Être originaire d'Afrique est une bénédiction car nous, les Africains, avons des valeurs fondamentales particulières qui, à mon avis, ne sont pas souvent évoquées ou enseignées dans les sociétés d'autres continents. Je fais référence aux valeurs d'un sens commun et partagé de ce qu'est une famille, de ce qu'est la solidarité, et du travail pour le bien social.


Quelle est la prochaine étape pour moi ?

Il y a encore des aspirations auxquelles je travaille, comme l'élargissement de l'accès aux soins de santé et la promotion de l'égalité entre les hommes et les femmes à l'échelle mondiale. L'accent est mis sur l'utilisation de la technologie pour remédier aux disparités en matière de soins de santé et améliorer l'accès aux services essentiels, en particulier pour les filles et les femmes mal desservies. Animée par le désir passionné d'influencer des vies et de poursuivre une carrière qui soit une véritable expression de ce que je suis, je reste déterminée à faire la différence aux États-Unis, en Afrique et dans le monde.


Je suis toujours aux États-Unis pour répondre à ma vocation pour la santé publique, mais ces jours-ci, je passe plus de temps chez moi, au Bénin. Je suis actuellement la coordinatrice nationale du dialogue mondial des jeunes de la CIPD30 de l'UNFPA et la fondatrice et directrice générale de DOTOH Health, dont le siège se trouve à Cotonou, au Bénin.


Au cours des prochains mois de 2024, je prévois d'assister à des événements parallèles à l'AGNU, notamment Goalkeepers et le Réseau des femmes dirigeantes africaines, au Sommet de l'avenir et au Sommet mondial de la santé en octobre.


Grâce à mon dévouement, à mon expertise et à mes partenariats stratégiques, je me suis positionnée en tant que conseillère de confiance auprès de dirigeants du monde entier, ce qui a permis de faire progresser l'équité en matière de santé et l'égalité entre les hommes et les femmes à l'échelle mondiale.






Joannie Bewa est médecin, chercheuse en santé publique et experte mondiale en matière de santé des femmes et de droits génésiques. Elle vit entre le Bénin et les États-Unis. Elle est une conférencière très demandée dans les domaines de la santé mondiale, de l'égalité des sexes, du leadership, de la santé numérique et de l'Afrique. Elle siège au conseil d'administration de diverses organisations internationales. Elle aime explorer les cultures et renforcer les communautés par le biais d'initiatives en matière d'éducation et de soins de santé.


Twitter : @DrJoannie_Bewa

Instagram : @drjoannie_bewa

LinkedIn : Dr Joannie Marlene Bewa, MD, PhD

Linktree : JoannieMBewa

Et si vous visitez le Bénin, ne manquez pas de visiter la Place de l'Amazone






76 vues1 commentaire

1 Comment

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
Guest
il y a 2 jours
Rated 5 out of 5 stars.

Merci d'avoir partagé ton histoire. Tu es une source d'inspiration et un modèle pour les femmes. Je retiens qu'aucun rêve n'est trop grand pour une femme. Merci encore d'ouvrir le chemin dans des endroits où nous manquons à l'appel. Je te souhaite le meilleur sur ton parcours.

Like
bottom of page